Auteure de romance décalée

BoDLogo

Bonjour à tous,

Le mois de mai est là et il commence avec une petite interview effectuée par BoD, maison d’édition qui permet aux auteurs indépendants d’obtenir conseils de grande qualité et diffusion.  Merci mille fois à Noémie Machner pour cet entretien.

Vous pouvez le retrouver sur le site par ici 

Ou ci-dessous…

Au mois de mai n’oubliez pas non plus la soirée avec le Canapé des Indés, samedi 6 sur leur chaîne You tube, où l’on examinera ma princesse machiavélique pendant une petite heure, si vous n’êtes pas disponibles, je vous mettrai la rediffusion.

Et puis, ensuite rendez-vous le 28 mai, à Noaillan en Gironde, avec les fabuleuses Loli Artésia et Sacha Stellie pour une journée littéraire et animée.

Bonne soirée à tous !

Lily

LILY B. FRANCIS, AUTEURE DE ROMANCE DÉCALÉE

LILY B. FRANCIS est passionnée d’écriture, de lecture, d’art et d’histoire. Entre deux cours au lycée, elle commence à rédiger les chroniques d’Agnès, jeune fille amoureuse de son meilleur ami. Quinze ans plus tard, elle se lance dans la rédaction des ultimes péripéties de son héroïne pour lui apporter la paix. À côté de ses chroniques, Lily écrit des poèmes et des nouvelles.

Vous pouvez retrouver son actualité sur son blog.

PORTRAITS | Noémie Machner
Lily B. Francis est une auteure assumée de romance. Elle témoigne pour BoD de son parcours d’auteure auto-éditée, de la naissance de son personnage principal Agnès, une princesse pas comme les autres, et de la joie que lui procurent ses échanges sur les réseaux sociaux.

Pourriez-vous nous présenter vos livres ?

J’ai publié les deux premiers tomes de ma série Chroniques d’une princesse machiavélique. Il y en aura 4 en tout. Cette série suit les tribulations d’Agnès, ma princesse machiavélique qui se réveille au matin du 1er janvier en réalisant qu’elle est toujours amoureuse de son meilleur ami, lui-même en couple avec une autre depuis 7 ans. Et lorsqu’il lui avoue qu’il va demander sa petite-amie en mariage, Agnès se dit qu’elle doit tout tenter pour le séduire.

Cette histoire qui semble classique au départ présente l’effet pervers des actions égoïstes de mon héroïne et la difficulté de se racheter par la suite. Mais plus qu’Agnès, on suit surtout la bande d’amis qui gravite autour d’elle. Ils se connaissent depuis des années et cette amitié va petit à petit se fissurer avec les actions d’Agnès. Ils sont à un moment décisif de leur vie, ils quittent l’adolescence, deviennent des adultes et commencent à vouloir s’imposer chacun avec leurs personnalités. Je voulais montrer que l’amour ne peut pas tout justifier, que l’amitié est une question d’honnêteté et que le moindre vacillement dans le comportement d’une personne impacte les autres. Cette série parle de la vie, de l’amour sans retour, de la famille, des amis, de la difficulté de grandir et de la complexité des sentiments.

Vous publiez de la romance. Comment êtes-vous tombée dans ce genre ? 

En réalité, je ne me voyais pas écrire autre chose. C’est ce qui est venu naturellement lorsque je me suis assise devant ma feuille. J’ai commencé par écrire des histoires d’amitié, avec notamment la bande d’amis de ma princesse machiavélique, j’évoluais à leur rythme, ou bien ils évoluaient au mien, finalement je ne sais pas très bien ! J’ai relaté les relations entre les personnages, avec de la jalousie, de la colère, de l’envie, je parlais de la famille, de la fraternité. Et puis un jour, l’amour est arrivé dans mes histoires pour ne plus jamais en partir, lorsqu’Agnès est tombée amoureuse de son meilleur ami.

C’est vrai que je suis une éternelle romantique, en grandissant j’ai adoré lire les romans d’amour classiques, remplis de sentiments, j’adore Jane Austen, les sœurs Brontë, Flaubert, Stendhal…, leurs phrases magnifiques qui me font pâlir d’envie, mais également les poèmes de Robert Desnos. Et avec la magie d’Internet maintenant, je suis abonnée sur les réseaux sociaux aux nouveaux poètes comme J. Iron Word, ou Christopher Pointdexter, R. M. Drake… ils sont trop forts, ils me font rêver. En fait, j’aime l’amour, les histoires très romantiques, les mots d’amour, les beaux films qui finissent bien, les émotions qui font vibrer et les sentiments fous… Je suis vraiment la romantique de base ! Du coup, je ne pouvais pas écrire autre chose.

Pourquoi avez-vous choisi l’auto-édition ? 

Lorsque j’ai commencé à écrire Chroniques d’une princesse machiavélique, je ne pensais pas être publiée un jour, j’écrivais vraiment pour moi. Puis je me suis un peu renseignée sur les maisons d’édition, et j’ai très vite été découragée par tout ce que j’ai pu voir et lire. Et par hasard sur Internet, au printemps 2016, j’ai vu qu’il était possible de publier son livre soi-même. D’abord sceptique, j’ai fouillé, j’ai fait de nombreuses recherches sur la méthode à adopter, et je me suis lancée. Je suis très heureuse de pouvoir créer mon livre à mon image, comme je me l’imagine, de réfléchir à ma couverture, gérer la communication et faire ma promotion comme je l’entends. J’aime cette liberté.

Vous êtes très présente sur les réseaux sociaux. Avez-vous une stratégie pour faire connaître votre livre ? 

En fait je n’ai aucune stratégie ! Je fais ce qui me semble être juste et intéressant pour les gens qui me suivent. Je reste moi-même, je partage des citations qui me plaisent, les photos que je prends, je parle de mes livres et de mes actions de promotion. J’essaie de relayer ce que je fais (dédicaces, salons, promotion, présentations des livres via des extraits, interviews) sur les réseaux sociaux et surtout d’interagir avec les lecteurs. C’est le plus important pour moi, partager mon univers et avoir des retours sur mes livres.

Quelle est votre relation avec les lecteurs ?

Au début j’étais pétrifiée à l’idée de faire lire mes écrits. J’avais peur que cela ne plaise à personne, j’avais peur d’avoir mal si les retours étaient négatifs parce que cette série est vraiment un bout de moi, je porte ces personnages depuis tant de temps que, pour moi, ils sont réels. Et puis j’ai relativisé lorsque Jean-Philippe Touzeau, auteur de la série La femme sans peur, a dit dans une vidéo qu’il y avait des lecteurs pour tous les livres. Cela m’a libérée de mes angoisses, je me suis dit qu’il devait bien y avoir des personnes qui aimeraient le côté déjanté de ma série, mais pour cela je ne pouvais pas rester cachée dans mon coin, il fallait que j’aille au devant des lecteurs. J’ai donc énormément pris sur moi pour faire mes premiers posts sur Facebook et Twitter, mais je me disais « il y aura peut-être 5 ou 6 lecteurs qui aimeront et ce sera cool de parler de ma série avec eux ». Cela me suffisait pour être heureuse.

Bon, maintenant, je me rends compte qu’ils sont bien plus nombreux à aimer l’univers d’Agnès, à rire et à s’énerver des ses tribulations pour trouver l’amour, donc je suis la plus heureuse des auteurs ! J’adore échanger et recevoir les impressions des lecteurs quand ils me disent qu’ils ressentent les émotions, qu’ils ont envie de hurler quand la fin arrive, qu’il leur tarde la suite, qu’ils ont passé un super moment, je trouve ça génial. C’est vraiment pour ça que j’écris, pour que les lecteurs passent un bon moment, qu’ils oublient leur journée fatigante quand ils prennent mon livre, qu’ils se posent des questions sur ce qu’ils auraient fait à la place d’Agnès, j’ai envie qu’ils aient envie de faire partie de cette bande d’amis hétéroclite. En fait, je veux leur donner du bonheur en format A5 ou en format e-book !

Quels seraient vos conseils pour les auteurs édités ?

Tout d’abord, je dirais qu’il faut faire la meilleure version possible de son livre et se mettre à la place du lecteur, une fois que le travail d’auteur est fait. Ensuite, c’est vraiment important de partager ses écrits. On ne peut pas attendre dans son coin que quelqu’un achète le livre. Il faut en parler autour de soi et le présenter, sinon personne ne saura qu’il est à la vente. Et pour cela il faut y croire, il faut se dire que le message que l’on porte dans le livre fera peut-être la différence dans la vie d’un lecteur, lui permettra de s’échapper de son quotidien, de rêver pendant deux heures, d’avoir peur, de frissonner de bonheur, de vivre une aventure des temps passés… Être auteur, c’est apporter un peu de magie dans ce monde de brutes, il faut revendiquer cela et y croire.

6 thoughts on “Auteure de romance décalée”

  1. Merci beaucoup pour le lien avec l’interview de BOD remplie d’informations très intéressantes comme toujours. Je conseille également à tous ceux qui l’ont ratée d’aller voir l’interview sur YouTube à ne pas rater pour tous ceux qui aiment l’univers d’Agnès

    Aimé par 1 personne

    1. Mais oui, tente donc cette magnifique aventure… tes poèmes sont si beaux !! Si tu as besoin de renseignements supplémentaires, n’hésite pas… j’ai fait de nombreuses recherches avant de me lancer ! Très belle journée ensoleillée à toi également 😉 et belle semaine aussi !!

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s