Billy

Pour préparer la sortie du préquel, Quelques Mots d’amour !, je publie les fiches biographiques manquantes des deux personnages importants, Billy et Matéo. Celles d’Agnès, Phoebus, Esméralda, Anne-Laure sont déjà publiées sur ce blog.

dance-club-736374_960_720

 

Né à Los Angeles le 30 Août

Age au début du roman : 24 ans, a redoublé au collège.

Taille : 1,75

Yeux : Bleus

Cheveux : Châtain clair, il les avait multicolores quand il était lycéen et rebelle.

Parents : Sa mère, Emily, vendeuse dans un magasin, son père adoptif Joseph, dit Joe Rose, patron de plusieurs clubs/boites de nuit, dont notamment le Rose and Light de Rockcity qu’il laisse Billy gérer, et le Rosie à Los Angeles.

Billy ne connait pas son père naturel. Il n’en parle jamais. Il n’autorise personne à lui en parler.

Frère et sœur : Son père adoptif a un fils plus âgé que lui, mais Billy n’en parle jamais non plus. Il habite à Los Angeles, et a eu un grave accident de moto adolescent. Sur ce sujet là également Billy est très silencieux, même Agnès n’a jamais réussi à en savoir plus.

Adresse : Il a un petit appartement dans le quartier des clubs, près du Rose and Light, assez moderne et très pratique. Agnès n’a jamais eu le temps d’y poser un pied. Ils avaient déjà rompu.

Qualités : Sociable, aimable, partant pour faire la fête, le cœur sur la main, toujours présent pour ses amis. Généreux, vraiment drôle et qui ne se prend pas la tête.

Défaut : Peur de l’engagement, son plus gros défaut est de ne pas s’investir dans ses relations sentimentales. Sinon c’est un gars vraiment cool.

Il aime : Son club, veiller, être le barman de son club ce qui lui permet d’être en relation direct avec ses clients et partager avec eux, organiser des soirées, voir ses copains, sortir, faire des virées improvisées, sa mère et son père adoptif, partir en voyage avec un sac à dos, rencontrer des gens simples, vivre des expériences inédites, la nature, la paix, les grands espaces, la moto, la route 66, écouter de la bonne musique, organiser des concerts, rire, être entouré de ses amis.

Il n’aime pas : L’école, d’ailleurs il était le dernier de la classe, la prétention, l’égoïsme, les filles idiotes et superficielles, les dragueuses à outrance, les jupes trop courtes, Phoebus Rolland, les copines d’Agnès, parfois Agnès, la guerre et l’injustice, les trucs qui lui prennent la tête, la paperasse, la musique classique, les gaga de culture et les intellectuels, les gagas tout court.

Citation favorite : « Si tu veux connaitre quelqu’un n’écoute pas ce qu’il dit, mais regarde ce qu’il fait. » Dalaï Lama

Extrait du Livre : Sous une pluie de roses, (extrait de la première série, non publiée)

Contexte : Fin de soirée, ils ont 17 ans

— Hey !

Agnès sourit et fit face à Billy dont les gouttes de sueur dégoulinaient le long de son front.

— C’est fou ce que j’ai eu peur !

— Tant pis… T’en veux une ? fit-il en lui montrant son paquet de cigarettes.

— Non merci, c’est de la merde…

Billy éclata de rire et Agnès se dit que finalement, il n’était pas si repoussant que ça, bien au contraire. Il avait des yeux bleu clair et un sourire large qui éclairait son visage, et puis ses cheveux multicolores lui donnaient un style fun.

Il saisit avec ses lèvres une cigarette et l’alluma.

— Alors Agnès, tu as oublié ce con de Phoebus Rolland ? 

Il tira sur sa cigarette en plissant les yeux.

—  J’ai de quoi l’oublier en tout cas… Je dois avoir une vingtaine de numéros de téléphone de gars dont d’ailleurs je ne me souviens même plus de la tête…, fit Agnès en riant.

— Ouah ! T’es petite mais tu attires les regards alors !

— Heureusement ! Tu imagines sinon, si en plus d’être petite on ne me voyait pas !

— Toi, on te verra toujours…

Il jeta sa cigarette et s’approcha d’Agnès qui sentit son cœur battre follement.

Il la prit dans ses bras, posa une main dans son dos et l’autre sur sa nuque et murmura :

— Je vais essayer de te faire oublier Rolland… au moins pour la soirée… 

Il la pressa contre lui et sans qu’Agnès n’ait pu rien dire, il posa ses lèvres sur les siennes et l’embrassa doucement. Agnès se sentit décoller du sol. Dans les bras forts de ce garçon elle avait l’impression que rien ne pouvait l’atteindre.

Elle passa ses bras autour du cou de Billy et se laissa porter. Elle sentait qu’elle avait le moyen d’échapper à ce cafard qui la rongeait depuis tant de temps. Elle avait tant besoin d’amour !

Et là, c’est le début de 5 années compliquées avec en point final le dernier chapitre du Tome 1 des Chroniques d’une princesse machiavélique, assez dramatique.

1 thought on “Billy”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s