Rainbow babies – fin du premier jet

1432698096-there-is-nothing-to-writing-ernest-hemingway

 

Hello les amis !

Voilà… j’y suis arrivée !

Je vous l’accorde, non pas sans mal… mais je suis super heureuse de vous annoncer que le premier jet de mon livre sur le deuil périnatal et les bébés arc-en-ciel est enfin terminé. Yeah !!

Il me restait depuis 15 jours la dernière ligne droite de cette histoire à écrire, avec des moments lourds en émotion, et je vous avoue que je n’osais pas trop m’y mettre. J’avais peur d’être submergée.

Et puis c’est vrai qu’en fin du mois de juillet j’ai été privé d’ordinateur pendant une semaine (merci les virus), et ensuite j’ai enchaîné avec l’organisation du Beach Book Tour (couronné de succès d’ailleurs ! Les amis, avez-vous vu la vidéo relatant notre tournée ?).

Et puis il y a deux jours, j’ai eu enfin un moment de calme et de silence.

J’étais seule et Alice (mon personnage) n’arrêtait pas de tourner dans ma tête me soufflant de finir au plus vite parce que j’ai un agenda très tendu pour la fin de l’année : sortir mon tome 3 des Chroniques d’une princesse machiavélique + une nouvelle sur la violence conjugale + mon recueil de poèmes avec illustrations.

Elle me disait de ne plus attendre, d’y aller, de foncer et de ne m’arrêter que lorsque ce serait terminé.

Je suis donc rentrée chez moi déterminée à clôturer ce livre avant la fin de la journée. J’ai fermé les volets pour n’avoir aucune vision sur le monde extérieur susceptible de me déconcentrer (un oiseau qui vole, le vent dans les arbres, un chat de passage, oui oui je me laisse facilement distraire surtout quand l’écriture ne vient pas facilement…)

J’ai allumé l’ordinateur et j’ai écrit d’une traite les 4000 mots qu’il me restait à poser pour boucler cette première version.

Voilà… ça, c’est fait.

En avril dernier lorsque j’ai décidé d’écrire sur ce sujet qui me touche particulièrement, je savais que je n’étais clairement pas capable d’y arriver toute seule. Trop d’émotions et de résistances étaient présentes en moi.

C’est pourquoi j’ai fait appel à un coach d’auteur, que j’avais rencontré quelque temps auparavant, pour me garder motivée et défaire toutes mes pensées néfastes me bloquant dans mon écriture.

Et quelques mois après je me félicite de ce choix.  Je n’aurais pas écrit aussi vite ma première version sur ce sujet sans ce coaching. Je crois que  je n’en serais peut-être même jamais venue à bout.

C’est pourquoi au lieu du mot « fin » écrit d’ordinaire sur la dernière page, moi j’ai écrit le mot « merci ».

Merci à mon coach d’écriture Anaël Verdier (vous pouvez découvrir ses univers d’auteur riches et profonds par ici et je vous laisse aller jeter un coup d’œil et vous inscrire à ses supers ateliers en ligne par ). Il m’a rappelé pourquoi ce livre était important pour moi lorsque j’avais envie de tout abandonner. Il m’a obligé à regarder mes peurs en face lorsque je trouvais mille excuses pour ne pas avancer. Il a tordu mon cerveau dans tous les sens et ce fut très productif. Je crois même que j’ai découvert plein de choses sur moi-même et sur ma façon d’aborder l’écriture et le métier d’auteur… Merci pour tout cela !

Merci également à tous ceux qui m’ont soutenue et encouragée par des commentaires sur les réseaux ou sur ce blog, par des partages, des messages privés, merci infiniment.

Et enfin, merci bien sûr aux membres de ma formidable famille, toujours derrière moi.

Ce livre n’est cependant pas encore terminé. Il y a encore le travail de réécriture et de relecture qui m’attend.

Là, pour l’instant, j’ai besoin d’une petite pause jusqu’à la fin du mois d’août pour laisser reposer tout ce qui a été secoué en moi par l’écriture de ce livre.

Je vais me consacrer à la relecture de mon tome 3 des Chroniques d’une princesse machiavélique attendu pour octobre par une foule en délire, puis au mois de septembre je reviendrai vers Alice et son bébé arc-en-ciel.

Je vous informe également que je ne serai pas très présente sur les réseaux sociaux les trois prochaines semaines. Je publierai sur le blog mais je vais essayer de me débrancher un peu de mon téléphone. Non je ne pars pas en vacances, mais généralement en phase de réécriture et relecture je me mets en mode autruche, et avec Agnès et ses histoires de cœur il vaut mieux que je reste concentrée… Et puis mes fils sont aussi en vacances et je veux profiter d’eux au maximum avant les grands chamboulements de la rentrée scolaire.

Merci pour votre lecture, je vous souhaite à tous une très belle journée,

A très vite

Lily

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s