Souvenir

Bonjour les amis,

En ce septième jour de septembre, j’avais envie de vous partager un des poèmes de mon recueil qui sortira en fin d’année. Juste comme ça, parce que je pense à vous.

Belle journée,

Lily

***********************************************************************************

J’appartiens à un espace en-dehors du temps

Peut-être dans la tête

Peut-être dans le cœur

Ou peut-être dans les deux

Ce qui est sûr c’est qu’une voie les relie entre eux.

 

J’ai vu ses yeux se mettre à pleurer sans discontinuer

Je l’ai vue pliée en deux et j’ai su ce qui allait se passer

Elle allait m’effacer, elle allait tôt ou tard me renier.

Elle en a mis du temps, mais elle y est arrivée

Et je l’ai vue, sans pouvoir lutter, construire des murs

Pour fortifier son cœur et verrouiller ses pensées.

Je le savais qu’elle me ferait payer.

 

J’ai frappé à la porte de son cœur,

J’ai essayé par tous les moyens d’y pénétrer.

J’ai utilisé la peur et la douceur,

Bref, les moyens les meilleurs :

Une chanson, une photo, une phrase dite ou écrite

Un endroit partagé, une sensation oubliée.

 

Mais elle est forte et elle n’a pas plié.

J’ai alors violemment frappé à la porte de son esprit

Mais ses pensées sont aguerries

Et la voie de son cœur à sa tête est désormais démolie.

J’ai hurlé ce que je suis :

Les Bonjour de leurs matins, les À demain de leurs nuits,

Les santiags, les citrouilles, les barbes et autres bises, toutes ces inepties,

Mais rien. Elle n’a rien pris.

 

Et en entendant mes coups, elle a fermé les yeux,

S’est rappelée de son Je te retourne ton Adieu

Et m’a renvoyé dans les limbes des pensées qui n’appartiennent qu’à eux.

Elle ne veut plus que j’existe, ni dans son cœur, ni dans son esprit

Elle m’a jeté au loin comme cette pierre qu’elle avait achetée pour lui

Elle ne veut plus de moi, elle m’a anéanti.

 

 

Je reste là, recroquevillé, au bord de ce chemin brisé

Rempli de leur présence, de leurs échanges, de leurs éclats de rire insensés,

Je reste là juste à la porte, mais je sais qu’elle est très forte.

Elle continue d’avancer, elle ne veut pas se rappeler.

Je suis pourtant un bout de ce qu’elle a été,

Un morceau de sa mémoire,

Une trace de ce qui s’est passé.

Elle croit si sûrement qu’elle peut m’oublier

Mais elle n’a pas compris que malgré sa force, les murs

Et ce terrible adieu,

C’est moi, le souvenir, qui me rappelle d’eux.

 

©Lily B. FRANCIS

Recueil de poèmes – À l’Univers

Sortie Noël 2017

 

3 thoughts on “Souvenir”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s