Vendredi Lecture avec Loli Artesia

Bonjour les amis !

Chaque semaine, j’invite un auteur à parler d’un livre qui l’a marqué, qui a eu de l’importance dans son chemin de vie. Il présente également ses écrits.

Le vendredi, on fait le plein de lecture ! Et aujourd’hui, c’est avec la mystérieuse et talentueuse Loli Artesia.

***********************************************************************************

Quel est le livre qui t’a bouleversé ou a changé ta vision sur le monde, la vie, l’écriture…

Merci infiniment, Lily, de m’accueillir sur ton blog !

Sans la moindre hésitation, il s’agit de « L’insoutenable légèreté de l’être » de Milan Kundera. J’avais 18 ans quand je l’ai découvert. De tous, c’est celui qui m’a le plus marquée, et c’est un faible mot. Il fait pour ainsi dire partie de moi, d’autant que la personne qui me l’a fait connaître avait – et a toujours – une grande importance dans mon coeur.

L’insoutenable légèreté de l’être, c’est le dilemme effroyable entre le lourd et le léger, l’âme et le corps. Je me suis particulièrement reconnue dans Sabina et son goût de la trahison, son dictionnaire des mots incompris, le fait qu’elle ne soit soumis à aucun regard extérieur, contrairement aux autres personnages, en somme son insoutenable légèreté.

Bien plus qu’un roman, c’est une philosophie et une réflexion glaçante sur l’être humain.

2/ Tu es auteur, peux-tu nous parler de tes écrits/ dernier roman/roman en cours d’écriture :

Il y a un an, j’ai publié ce que j’appelle ma première parenthèse, Trop Peu. Un an seulement, et cela me semble un siècle. L’histoire de retrouvailles entre anciens amants, l’histoire d’une imposture… Depuis, Un chat à la fenêtre a vu le jour, ainsi qu’un recueil de poésie, La délivrance de l’accordéon.

Actuellement, je suis dans l’écriture simultanément de plusieurs projets. Les indignes sera un recueil de nouvelles résolument noir, bien plus abrupt et cynique que mes deux premiers romans. Moins féminin, j’ai envie de dire, même si cela n’a guère de sens.

Sous l’horizon noir, la mer est un roman très particulier, qui emprunte à la Steppe de Tchekhov et aux mythes russes par la revisite de personnages comme Baba Yaga, Domovoï et Kochtcheï. J’ai le sentiment que c’est pour moi un roman décisif, un tournant dans mon écriture.

J’écris aussi une nouvelle parenthèse, Tomate cerise, encore trop éparpillée pour que je puisse la décrire, et un second recueil de poésie, Pendulum.

 

Merci Loli d’avoir participé à ce vendredi lecture.

Retrouvez Loli sur son blog : Loli Artesia

2 réflexions au sujet de “Vendredi Lecture avec Loli Artesia”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s