Vendredi lecture avec Armonia Zyra

Visuel_une_002-2-72ppp-01-fichier-epub-mobi-1

 

Sur cette page, j’invite les auteurs indépendants à parler de leur lecture, du livre qui les a marqués enfant ou adulte, ou de celui qui a changé leur vie, résonné dans leur cœur, un livre qu’ils portent en eux. Aujourd’hui, nous avons rendez-vous avec la charmante Armonia Zyra.

1/ Bonjour Armonia, quel est le livre qui a bouleversé ou a changé ta vision sur le monde, la vie, l’écriture…

À dire vrai, deux livres ont bouleversé ma vision de l’écriture. Je suis une grande lectrice de littérature classique. J’avais une approche policée de l’écriture et des thèmes abordés. La lecture de l’Amant et de Un barrage contre le Pacifique de Marguerite Duras ont littéralement bouleversé mon approche de la littérature. Par le style tout d’abord qui est d’une modernité déroutante et stupéfiante. Ensuite, parce que je considérais l’autobiographie comme un genre mineur.

Ces deux chefs d’œuvre m’ont magistralement convaincu du contraire. Une expérience de vie peut constituer le sujet d’un livre de littérature générale. Cela m’a redonné confiance pour achever mon roman autobiographique : je suis une poupée gigogne.

2/Tu es auteure également, peux-tu nous parler de tes écrits/dernier roman/roman en cours d’écriture :

Je souffre d’un grand manque de confiance en mes capacités rédactionnelles et suis toujours à la recherche de la perfection. C’est un atout, mais aussi un handicap pour mon travail d’écriture, car j’angoisse beaucoup et suis très lente. Cela dit, l’achèvement de « Je suis une poupée gigogne » et sa parution aux éditions Publisroom en juin 2017 m’ont prouvé que je pouvais aller au bout d’un projet ambitieux.

Pour faire suite à cette publication, je me suis lancée dans l’auto-édition d’un recueil de poésie : Un papillon dans ma tête.

Ce livre est le pendant poétique de mon roman. Je l’ai écrit en même temps et les 158 poèmes qu’il contient font découvrir « de l’intérieur » le long cheminement qui m’a conduite vers l’accomplissement : être la femme que mon corps et ma personnalité avaient toujours été persuadés d’être.

Un nouveau recueil est en préparation. Déjà écrit, il ne reste qu’à achever sa mise en forme. Compte tenu de la difficulté à vendre la poésie, ce livre ne sera disponible qu’en version numérique, impression à la demande ou précommande. Il s’intitulera : les prémices du papillon. Il ouvrira les portes de l’envers du décor, avant ma transition. Il sera plus sombre que le premier, mais ouvrira aussi l’espoir de ma renaissance.

Enfin, j’achève actuellement un roman de fiction. C’est un travail colossal. L’histoire se déroule sur trois générations d’une même famille. Il entend illustrer de quelle façon un secret familial empoisonna le destin des individus qui la compose. Je n’en dirais pas plus afin de ne pas spolier le synopsis, mais je peux déjà annoncer qu’il abordera un sujet difficile et exigeant.

J’ai d’autres projets en tête : un roman sur les hommes battus, rédigé à partir de l’interview d’une personne ayant vécu ce drame ; un roman racontant le destin d’une enfant abandonnée à deux ans (ce fut le cas de ma grand-mère maternelle dont j’ai réussi à reconstituer l’arbre généalogique) ; un autre sur la rencontre de deux jeunes gens pendant la Deuxième Guerre mondiale et bien d’autres encore. Je ne manque pas d’idées et je n’aurais sans doute pas assez de toute ma vie pour les mettre tous en œuvre.

Pour finir je tenais à te remercier pour cette invitation à parler de mon travail.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :