Vendredi Lecture – David Atcock

Tous les vendredis je reçois sur mon blog un auteur qui nous parle de ses lectures et de son écriture. Parce que les mots sont notre plus grande source de magie (n’est-ce pas Dumbledore qui a dit ça?) je mets un point d’honneur chaque semaine à présenter des idées de lectures et de nouveaux auteurs à connaître et à soutenir.

Je vous laisse découvrir David Atcock. Il nous parle de ses lectures et de son nouveau roman, un thriller efficace que j’ai eu la joie de lire en avant-première et qui m’a fait faire des cauchemars ;p 

Bonne découverte et beau vendredi les amis.

**

1/ Bonjour David, d’abord, peux-tu nous en dire une peu plus sur toi ?

            David de mon prénom ATCOCK de mon nom de famille. Bien entendu, ceci est un pseudo que j’ai choisi pour plusieurs raisons.  La raison première est commerciale car mon véritable nom n’est pas très vendeur. Bien français mais très vendeur.

            Le prénom David, je l’ai choisi en référence à David et Goliath. David pour nous petits auteurs indépendants et Goliath pour les grosses maisons d’éditions. C’est symbolique, personne à part moi ne le savait, mais c’est pas grave.

            Pour parler de moi, j’ai 38 ans, je suis marié, j’ai deux gnomes de 13 et 9 ans. Pour eux je serais prêt à tout. Sans blague hein. Faut pas déconner avec moi. ; lol

            J’écris depuis l’âge de 7 ans. Quand j’étais petit, je regardais ma mère empoigner et lire des pavés que je ne pensais même pas qu’on puisse écrire aussi gros. Vraiment j’étais impressionné. Et puis je trouvais que ces pages noircies par l’encre étaient superbes. Je ne me l’explique pas vraiment, mais c’est toujours le cas.

            Alors un jour, je me suis dit que j’allais lire moi aussi. C’est là que le drame arriva. J’ai eu beau chercher, rien ne me plaisait.

Avant même de connaître le maître de l’horreur, j’adorais cet univers. A ce même âge, j’ai regardé pour la première fois l’exorciste en cachette au milieu de la nuit avec mon frère. Oui, j’ai pas dormi des trois jours qui ont suivis. C’est drôle. C’est un bon souvenir.

            Alors donc comme rien ne me plaisait, j’ai décidé d’écrire. Mais sur quoi ? Les démons et surtout, donc, les possessions démoniaques. Une tripotée de petites nouvelles qui doivent traîner dans un coin.  Un parcours classique.

            Ah oui. Je suis mécascriptophile. A vous de trouver ce que c’est. Mouahahahahah

2/ Tu peux nous parler d’un livre qui t’a marqué ?

            Punaise. Voilà une question qui n’est pas simple me concernant.

            Je ne lis que depuis 4 ans je crois. J’entends par là, lire plus d’un livre tous les dix ans. Mais avant ça, une amie que j’adore m’a fait découvrir l’œuvre de Charles Beaudelaire au beau milieu de ma période gothique. Je relis tout très régulièrement. Cet homme est grandiose.

            Mis à part ça, depuis que je me suis mis à lire, deux livres m’ont vraiment marqué. Désolation de Stephen King. Un vrai livre d’horreur. Ce sur quoi j’aurais aimé tomber plus jeune.

            Que ta volonté soit faite de Maxime Chattam. Une chef d’œuvre, tout simplement.

            Ce qui est drôle, c’est qu’à la base je suis un gros pétochard.

3/ Tu peux nous parler de tes écrits, et de ton nouveau roman ?

            Et bien malgré le fait que j’écrive depuis 31 ans, je ne sors mon premier roman que ce 15 novembre 2018. C’est un thriller (un poil gore) qui se passe aux Etats Unis de 1960 durant la campagne électorale de JKF. Ça c’est pour situer.

            Dans une petite ville industrielle un peu en perdition du nom de Dusty (titre du livre et ville imaginaire) un tueur refait son apparition après plusieurs années, avec l’enlèvement du petit Peter. Dans son mode opératoire, il ne fait pas de distinction entre hommes, femmes ou enfants.

            Avec le retour du tueur, c’est également le retour du policier que le poursuit depuis des années Mark SANDERS, et reprend lui aussi du service. C’est le jeu du chat et de la souris qui va s’opérer entre ces deux hommes avec la complicité de son collègue Sam.

            Il fallait quelque chose de nouveau pour ne pas tomber dans les clichés, même s’ils sont parfois inévitables. Mais en écrivant ce livre, ma ligne directrice était : Qu’est ce qui peut les dégoûter, faire peur, angoisser ? Je vous laisserais découvrir.

            J’ai fait de grosses recherches sur les différents tueurs en série, les plus célèbres, mais deux d’entre eux m’ont bien aidé. Ed Gainet Ed Kemper. Deux monstres dont on ne soupçonne pas les horreurs qu’ils ont pu commettre.

            Une psychologue que je voyais régulièrement à l’époque de l’écriture, m’a parfois aidé et aiguillé pour travailler la personnalité du tueur. Je pense avoir créé un monstre. Un vrai.

            J’ai adoré écrire ce livre. Je l’adore. Mais j’écrirai toute autre chose pour le suivant qui sera plus historique.

Merci David pour ta participation à ce vendredi lecture 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :